Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Trousse pédagogique sur la santé et la sécurité

>Les risques chimiques

Pictogrammes

 

Le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) aide à déterminer les risques que posent les matières telles que les produits chimiques et les agents infectieux.

Le SIMDUT regroupe en catégories les produits qui présentent des propriétés ou des dangers similaires. Le Règlement sur les produits dangereux précise les critères selon lesquels un produit est intégré dans une catégorie donnée. Pour les produits qui seront utilisés au Canada, c'est le fabricant ou le fournisseur qui détermine dans quelle catégorie son produit sera intégré.

Le SIMDUT 2015 utilise dix pictogrammes. Les pictogrammes sont des images simples qui permettent à l’utilisateur d’un produit dangereux de comprendre immédiatement de quel type de danger il s’agit. Il peut voir d’un coup d’œil, par exemple, que le produit est inflammable ou qu’il présente des risques pour la santé.

La plupart des pictogrammes sont placés à l’intérieur d’un losange dont la bordure est rouge. Le symbole à l’intérieur du losange représente graphiquement le danger potentiel (p. ex. incendie, danger pour la santé, corrosion).

Ensemble, le symbole et le losange rouge forment ce qu'on appelle un pictogramme. Les pictogrammes sont associés à une classe ou à une catégorie de dangers spécifiques.

Important :  Un produit peut être associé à plus d’une catégorie de danger. Dans un tel cas, l’étiquette affichera plus d’un pictogramme. Il convient également de souligner que le SIMDUT 2015 comporte quelques catégories de danger qui ne sont pas associés à un pictogramme. L’étiquette du produit et la section 2 (identification des dangers) de la FS exigent d’afficher le mot-indicateur, la mention ou les mentions de danger ainsi que les autres éléments requis sur l’étiquette.

Bombe explosant


Bombe explosant

En raison des risques élevés de blessures graves et de dommages à la propriété importants associés aux accidents impliquant ces produits, une formation appropriée et une bonne compréhension des dangers sont essentielles.

Les produits portant ce pictogramme doivent être utilisés uniquement par des personnes ayant reçu une formation poussée et au fait des dangers et des moyens pour les maîtriser. L’éducation et la formation se rapportant à ces classes de danger ne relèvent pas du présent cours.

Quelles sont les classes de danger qui utilisent ce pictogramme?

Bien que la classe des matières et des objets explosibles ne soit pas actuellement adoptée par le SIMDUT, vous pourriez tout de même apercevoir cette classe identifiée.

Les catégories de danger parlent d’explosifs des façons suivantes : « Explosifs instables », « Danger d’explosion en masse », « Grave danger de projection », « Danger d’incendie, d’explosion ou de projection » et « Peut exploser sous l’effet du feu ».

Veuillez noter que deux autres classes de danger utilisent le pictogramme du danger d’explosion.

  • Les deux premières catégories des matières autoréactives (type A et B) (c’est-à-dire les plus dangereuses) utilisent ce pictogramme. Les matières autoréactives sont sensibles à la température et aux changements de température. Le danger, en ce qui concerne ces produits, est que la chaleur (aussi minime soit-elle), comme celle qui peut être créée par des conditions de manutention et de stockage inappropriées, peut causer une explosion (type A) ou un incendie/une explosion (type B). La manutention, le stockage et les mesures de maîtrise relatives à ces catégories seront abordés dans la section qui traite la classe des matières autoréactives.
  • L’autre classe de danger est celle des peroxydes organiques. Les deux premières catégories appartenant aux peroxydes organiques (type A et B) (c.-à-d. les plus dangereux) sont les dangers d’explosion (type A) ou d’incendie/d’explosion (type B) sous l’effet de la chaleur. Les peroxydes organiques sont hautement réactifs et ont tendance à s’enflammer facilement et à brûler rapidement. Ils sont très instables et sont généralement sensibles à la lumière (c.-à-d. qu’ils doivent être stockés dans un endroit sombre). Certains d’entre eux sont sensibles aux changements de température ou à la friction (c.-à-d. secouer ou cogner un contenant de peroxydes organiques). Les peroxydes organiques ont tendance à réagir aux métaux de façon explosive. La manutention, le stockage et les mesures de maîtrise relatives à ces catégories seront abordés avec la classe de danger des peroxydes organiques.

Flamme


Pictogramme flamme

Quels sont les dangers inflammables?

Les dangers inflammables sont des produits qui peuvent s’enflammer facilement et brûler rapidement. Pour qu’un incendie se produise, trois éléments doivent être réunis en même temps et dans les bonnes proportions : carburant, oxygène et chaleur (soit une source d’inflammation comme une étincelle). Il est très important pour la prévention des incendies et au moment de travailler de façon sécuritaire avec des produits inflammables de s’assurer que ces trois éléments ne sont jamais présents ensemble en quantité dangereuse.

Par exemple, les vapeurs d’un liquide inflammable peuvent se mélanger à l’air ambiant et être exposées à la bonne quantité de chaleur pour s’enflammer et brûler. Dans le milieu de travail, les principaux moyens de permettre que des produits inflammables soient manipulés de façon sécuritaire restent de maîtriser les carburants (soit les produits inflammables), de garder les quantités au minimum et d’éliminer les sources d’ignition.

Quelles sont les classes de danger qui utilisent ce pictogramme?

Dans la plupart des milieux de travail, vous verrez ce pictogramme utilisé pour les classes de danger suivantes :

  • Gaz inflammables
  • Aérosols inflammables
  • Liquides inflammables
  • Matières solides inflammables

Il existe d’autres classes de danger qui utilisent le pictogramme de danger d’inflammabilité, mais ces produits sont rarement utilisés.

  • Liquides pyrophoriques - ces produits réagissent avec l’air pour provoquer un incendie
  • Matières solides pyrophoriques - ces produits réagissent avec l’air pour provoquer un incendie
  • Gaz pyrophoriques - ces produits réagissent avec l’air pour provoquer un incendie
  • Matières auto-échauffantes (p. ex. combustion spontanée) - ces produits réagissent avec l’air, peuvent s’auto-échauffer et prendre feu (aucune source d’ignition nécessaire)
  • Matières qui, au contact de l’eau, dégagent des gaz inflammables - ces produits réagissent avec l’eau et libèrent des gaz inflammables
  • Matières autoréactives* - ces produits peuvent réagir fortement à des conditions comme les chocs, la pression, la température, la lumière ou le contact avec un autre produit
  • Peroxydes organiques* - produits très instables et réactifs

* Veuillez noter que les catégories les plus dangereuses (types A et B) parmi ces classes utilisent le pictogramme de bombe explosant par lui-même ou avec le pictogramme d’inflammabilité

Y a-t-il d’autres dangers associés à des matières inflammables?

Les risques d’incendie et d’explosion sont les principales préoccupations, mais d’autres problèmes peuvent être présents. Si un produit est classé comme inflammable, le superviseur et les travailleurs doivent comprendre comment utiliser le produit de façon sécuritaire et connaître les détails sur les dangers connexes.

Parmi d’autres préoccupations liées aux dangers d’inflammabilité, on compte les suivantes :

  • Dangers pour la santé – Les produits inflammables peuvent présenter un danger pour la santé (toxique, corrosif, irritant, etc.) à des concentrations atmosphériques bien en deçà des niveaux requis pour représenter un danger d’incendie.
  • Accumulation de charge statique – L’électricité statique est la charge statique créée lorsqu’il y a friction entre deux objets faits de divers matériaux ou substances. Une charge peut se produire lorsque des liquides inflammables sont versés, pompés, filtrés, agités, remués ou qu’ils coulent à travers des conduites : ces actions peuvent agir comme source d’ignition. La libération de la charge peut provoquer l’ignition de produits inflammables.
  • Asphyxie - Les vapeurs des liquides inflammables sont habituellement plus lourdes que l’air et s’accumulent près du sol. Ces vapeurs lourdes peuvent déplacer l’air dans un espace (prendre la place de l’air ou de l’oxygène, par exemple) et poser un danger d’asphyxie (suffocation).
  • Sous-produits toxiques de la combustion - Lorsque des produits inflammables brûlent, des gaz et des vapeurs toxiques, comme du monoxyde de carbone, du cyanure d’hydrogène et des oxydes d’azote, sont créées.
  • Retour de flamme - Comme la vapeur de la plupart des liquides inflammables est plus lourde que l’air, des vapeurs peuvent se répandre sur une distance considérable le long du sol ou du plancher et s’enflammer au contact d’une étincelle ou d’une source de chaleur lointaine. Une fois les vapeurs d’un liquide inflammable enflammées, un retour de flamme peut se produire, ce qui signifie que les flammes reviennent sur leurs pas jusqu’au contenant ou jusqu’à la source de liquide inflammable et provoquent une explosion ou un incendie.
  • Travail à chaud - Le fait de travailler avec des sources d’inflammation à proximité de produits inflammables est appelé « travail à chaud ». Le soudage et le coupage en sont des exemples.

Renseignements clés sur la manutention des produits inflammables

  • Vérifier l’étiquette et la FDS pour obtenir des renseignements sur les dangers et les précautions nécessaires pour le produit inflammable utilisé.
  • Réduire les risques d’incendie ou d’explosion le plus possible en évitant le rejet de produits inflammables dans l’air.
  • Utiliser des produits inflammables dans les endroits bien ventilés seulement.
  • Employer la plus petite quantité de produit inflammable nécessaire pour effectuer la tâche entreprise.
  • Éliminer les sources d’inflammation et les matières combustibles dans l’air où des produits inflammables sont utilisés (y compris les linges imbibés d’huile, les boîtes de carton, par exemple). Interdire de fumer et s’assurer qu’il n’y a pas de travail à chaud et aucune source d’inflammation cachée (flamme pilote dans une chaudière ou un réservoir à eau chaude). Éliminer les matières combustibles de façon appropriée (p. ex. les linges imbibés d’huile dans des contenants approuvés).
  • Ne pas chauffer les contenants ou les bouteilles qui contiennent des produits inflammables.
  • Dans certains cas, il peut être nécessaire d’utiliser des appareils (comme des outils anti-étincelles) et des systèmes de ventilation anti-étincelles.
  • S’assurer de mettre les contenants et les bouteilles à la terre et à la masse pendant les opérations de transfert pour prévenir toute accumulation de charge statique. Veiller à bien comprendre comment procéder de façon appropriée.
  • Utiliser de l’équipement conçu pour le stockage inflammable (p. ex., un réfrigérateur de stockage pour produits inflammables, des armoires de rangement pour produits inflammables ou des bidons de sécurité pour produits inflammables).
  • Garder en tête la présence de produits incompatibles comme les matières comburantes et éviter tout contact. Consulter la FDS pour obtenir des recommandations et des renseignements plus précis.
  • Rester au fait des conditions à éviter en présence du produit inflammable utilisé. Certains produits qui portent ce pictogramme de danger peuvent être réactifs à l’air ou à l’eau; d’autres peuvent être sensibles à la température, à la pression, à la friction ou à la lumière du soleil.
  • Éviter de déverser le produit et de contaminer la peau ou les vêtements.
  • Maintenir les aires de travail propres et ordonnées. Essuyer les déversements et garder les surfaces propres pour éviter tout contact avec la peau ou des matières incompatibles. Prévenir l’accumulation de poussières ou d’autres résidus sur les rebords ou autres surfaces.
  • Ne pas fumer, ni manger ou boire dans les aires de travail. Se laver soigneusement les mains après avoir manipulé le produit. Se laver les mains avant de manger, de boire, de fumer ou d’aller aux toilettes.
  • Retirer tout vêtement contaminé, de même que les chaussures ou les bottes de cuir : elles peuvent poser un risque d’incendie important. Au besoin, laver immédiatement et avec le plus grand soin les articles contaminés dans l’eau avant de les remettre ou de les éliminer.
  • Comprendre et mettre en pratique les consignes d’urgence pour savoir comment procéder, le cas échéant :
    • S’assurer que les extincteurs appropriés sont accessibles.
    • Repérer au moins deux chemins de sortie différents en cas d’incendie.
    • S’assurer que les bassins oculaires et les douches d’urgence sont facilement accessibles dans l’aire de travail immédiate. Ces appareils doivent être vérifiés régulièrement.
    • Veiller à ce que les procédures et l’équipement d’intervention en cas de déversements soient prêts (p. ex. matériaux absorbants pour contenir un déversement, EPI, outils anti-étincelles, etc.).
    • Éviter d’utiliser des matières combustibles (comme des serviettes de papier ou de la sciure de bois) pour nettoyer ou absorber les déversements.
  • Si l’utilisation d’equipement de protection individuelle (EPI) est nécessaire, l’employeur doit s’assurer que les travailleurs sont bien formés pour en faire la sélection, l’utilisation et l’entretien. Consulter la FDS pour obtenir des conseils sur la sélection.

Renseignements clés sur le stockage de produits inflammables

  • Se tenir à bonne distance des matières incompatibles. Consulter la FDS pour en savoir plus sur les matières incompatibles.
  • Utiliser un équipement conçu pour le stockage inflammable (p. ex., réfrigérateur pour matières inflammables, armoires de rangement pour matières inflammables ou bidons de sécurité pour matières inflammables).
  • Toujours garder les couvercles sur les récipients qui contiennent des produits inflammables pour prévenir la libération de vapeurs.
  • Entreposer dans un endroit frais, sec et bien ventilé, à l’écart des rayons directs du soleil et des chemins de sortie. Installer des panneaux d’avertissement.
  • Se tenir éloigné de toute source d’inflammation potentielle : chaleur, étincelles ou flammes nues. Interdire de fumer près des matières inflammables entreposées.
  • Éviter d’entreposer ces matières en grandes quantités dans la mesure du possible.
  • Inspecter régulièrement les contenants et les aires d’entreposage afin de déceler tout indice de fuite ou de dommage. Contenir les déversements ou les fuites en stockant les produits sur des plateaux fabriqués de matériaux compatibles.
  • S’assurer que l’équipement approprié de lutte contre les incendies et de nettoyage de déversements est facilement accessible.
  • Éviter d’entreposer des produits inflammables dans un sous-sol. L’entreposage au rez-de-chaussée est préférable, l’accès y étant plus facile en situation d’urgence.
  • Respecter la réglementation comme les codes de prévention des incendies et les règlements en santé et sécurité qui s’appliquent au milieu de travail dans votre région administrative.

Flamme sur un cercle


Flamme sur un cercle

Quels sont les dangers posés par les matières comburantes?

Le pictogramme pour les matières comburantes est un « o » surmonté de flammes. Le « o » représente l’oxygène, et les flammes montrent que les matières comburantes posent un danger d’incendie important si elles ne sont pas manipulées de façon appropriée. Il existe trois types de produits comburants : les gaz comburants, les liquides comburants et les matières solides comburantes.

Les composants de base d’un incendie sont les suivants : une source de carburant (comme des combustibles), une source d’oxygène et une étincelle ou une source d’ignition.

Dans la plupart des cas d’incendie, la source d’oxygène provient de l’air (teneur en oxygène de 21 %).

Dans le cas des matières comburantes, ces dernières libèrent facilement de l’oxygène ou d’autres substances oxydantes (comme du brome, du chlore ou du fluor), et il s’agit d’un risque important d’incendie/d’explosion. Les matières comburantes ne s’enflamment pas d’elles-mêmes, mais leur présence peut :

  • grandement accélérer la propagation d’un incendie et en augmenter l’intensité (l’incendie brûle à plus haute température et plus rapidement qu’il le ferait dans des conditions « normales »);
  • provoquer la combustion rapide de substances qui, normalement, ne brûlent pas dans l’air;
  • entraîner la combustion spontanée de certaines matières combustibles en l’absence d’une source d’inflammation apparente comme une étincelle ou une flamme.

Voici quelques exemples :

  • Gaz comburants : oxygène, ozone
  • Liquides comburants : acide nitrique, acide perchlorique
  • Matières solides comburantes : permanganate de potassium, chlorite de sodium.

Quelles classes de danger utilisent le pictogramme Flamme sur un cercle?

Le pictogramme de danger pour les matières comburantes est utilisé pour trois différentes classes de danger comburant :

  • Liquides comburants
  • Matières solides comburantes
  • Gaz comburants

Bien que les trois classes de comburants présentent différents états physiques, elles partagent les caractéristiques des substances comburantes et posent toutes un danger d’incendie lorsque les mesures de manutention et de stockage appropriées ne sont pas appliquées.

Y a-t-il d’autres dangers potentiels associés aux substances comburantes?

Les principaux dangers liés aux substances comburantes sont l’incendie et l’explosion. Outre des dommages à la propriété, un produit comburant peut entraîner une contamination de la peau ou des vêtements et créer un risque très important de blessures personnelles en cas d’incendie.

Parmi d’autres préoccupations sur les dangers liés aux substances comburantes figurent les suivantes :

  • Dangers pour la santé - Les produits comburants peuvent aussi avoir d’autres propriétés dangereuses, et c’est pourquoi il est impératif de bien lire l’étiquette et la FDS pour connaître tout autre danger potentiel (p. ex. pour la santé, corrosivité, réactivité).
  • Matières incompatibles - Les substances comburantes sont très réactives. Ne reversez JAMAIS une portion inutilisée du produit dans le contenant, même si elle ne semble pas avoir été contaminée.

Renseignements clés sur la manutention des matières comburantes

  • Vérifier l’étiquette et la FDS afin d’obtenir les renseignements sur les dangers et les précautions à prendre pour le produit comburant utilisé.
  • Éliminer les sources d’ignition et les matières combustibles. Éliminer rapidement les déchets combustibles des aires de travail, y compris le bois, le papier et les chiffons. Interdire de fumer.
  • Se tenir à bonne distance des matières incompatibles - particulièrement les graisses, lubrifiants, les solvants de nettoyage, la peinture et les diluants.
  • Tenir les robinets et les accessoires exempts d’huile et de graisse.
  • Utiliser dans les endroits bien ventilés seulement.
  • Garder les contenants bien fermés lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
  • Éviter de déverser le produit et de se contaminer la peau ou les yeux. Signaler immédiatement les fuites, les déversements ou les défaillances de l’équipement de sécurité (p. ex. le système de ventilation). En cas de déversement ou de fuite, quitter immédiatement l’aire de travail.
  • Maintenir les aires de travail propres et ordonnées. Essuyer les déversements et garder les surfaces propres pour prévenir tout contact avec la peau ou des matières incompatibles. Éviter toute accumulation de poussière ou de tout autre résidu sur les rebords et autres surfaces.
  • Éviter de fumer, de manger et de boire dans les aires de travail. Se laver soigneusement les mains après l’avoir manipulé. Se laver les mains avant de manger, de boire, de fumer ou d’aller aux toilettes.
  • Retirer tout vêtement contaminé, de même que chaussures ou bottes en cuir : elles peuvent représenter un grave danger d’incendie. Au besoin, laver immédiatement, et avec le plus grand soin, les articles contaminés dans l’eau avant de les remettre ou de les éliminer.
  • Le personnel d’entretien doit connaître les dangers ainsi que toute procédure ou précaution spéciale nécessaire avant de commencer le travail.
  • Procéder avec soin au moment de mélanger un comburant avec de l’eau. Suivre les directives du fournisseur du produit chimique. Certaines matières comburantes peuvent produire de grandes quantités de chaleur lorsqu’elles sont mélangées à de l’eau.
  • Ne jamais reverser une portion inutilisée du produit dans le contenant.
  • Comprendre et mettre en pratique les consignes d’urgence afin de savoir comment procéder, le cas échéant.
    • S’assurer que les extincteurs appropriés sont accessibles.
    • S’assurer de connaître au moins deux différents chemins de sortie en cas d’incendie.
    • Veiller à ce que le bassin oculaire et la douche d’urgence soient facilement accessibles dans l’aire de travail immédiate. Ces dispositifs doivent être vérifiés régulièrement. Suivre les instructions de premiers soins présentées dans la FDS ou sur l’étiquette.
    • Veiller à ce que les procédures et l’équipement de maîtrise des déversements soient prêts (p. ex. produits absorbants pour la maîtrise des déversements, EPI, outils anti-étincelles, etc.).
    • Éviter d’utiliser des produits réactifs ou combustibles (comme les serviettes de papier ou de la sciure de bois) pour nettoyer ou absorber un déversement.
  • Si un équipement de protection individuelle (EPI) est nécessaire, l’employeur doit veiller à ce que les travailleurs aient reçu une formation poussée sur sa sélection, son ajustement, son utilisation et son entretien. Consulter la FDS pour plus de renseignements en matière de sélection.
  • Il pourrait être nécessaire de porter des vêtements résistant au feu ou ignifuges.

Renseignements clés sur le stockage des matières comburantes

  • Se tenir à l’écart des matières incompatibles. Pour connaître les matières incompatibles, consulter la FDS.
  • Entreposer dans un endroit frais, sec et bien ventilé, et loin de la lumière directe du soleil et des chemins de sortie. Installer des panneaux d’avertissement. S’informer de toute autre condition spéciale de stockage.
  • Se tenir éloigné de toute source potentielle d’ignition : chaleur, étincelles ou flammes nues. Éviter de fumer près de l’aire de stockage des matières comburantes.
  • Éviter d’entreposer ces matières en grandes quantités dans la mesure du possible.
  • Inspecter régulièrement les contenants et les aires d’entreposage afin de déceler tout indice de fuite ou de dommage. Contenir les déversements ou les fuites en stockant les produits sur des plateaux fabriqués de matériaux compatibles.
  • Stocker dans des contenants recommandés par le fournisseur. Habituellement, ce sont les contenants dans lesquels le produit a été expédié.
  • Les contenants vides peuvent contenir des résidus dangereux. Entreposer séparément. Garder fermés.
  • Ne pas utiliser de palettes de bois ou autres palettes combustibles pour le stockage de contenants de matières comburantes. Les murs, les planchers, les étagères et les installations des aires d’entreposage doivent être faits de matériaux non combustibles.
  • S’assurer que l’équipement approprié de lutte contre les incendies et de nettoyage de déversements est facilement accessible.
  • Respecter la réglementation comme les codes de prévention des incendies et les règlements en santé et sécurité qui s’appliquent au milieu de travail dans votre sphère de compétence, y compris ce qui touche à l’élimination de contenants vides.

Bouteille à gaz

Bouteille à gaz

Qu’est-ce qu’un gaz sous pression?

Des milliers de produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sont conservés sous pression dans des bouteilles.

Il y a quatre différentes catégories de danger liées aux gaz sous pression :

  • Gaz comprimé
  • Gaz liquéfié
  • Gaz liquéfié réfrigéré
  • Gaz dissous.

Gaz comprimé (gaz non liquéfié) :
Le gaz non liquéfié est aussi appelé gaz comprimé, gaz sous pression ou gaz permanent. Ces gaz ne deviennent pas liquides quand ils sont comprimés à la température normale, même à une pression très élevée. Parmi les exemples figurent l’oxygène et l’azote.

Gaz liquéfié et gaz liquide réfrigéré :
Des gaz liquéfiés sont des gaz qui peuvent devenir liquides à des températures normales lorsqu’ils se trouvent dans des bouteilles sous pression. Les gaz liquéfiés réfrigérés sont ceux qui sont partiellement liquides du fait qu’ils sont à basse température. Au début, la bouteille est presque pleine de liquide et l’espace au-dessus du liquide est occupé par du gaz. À mesure qu’on soutire du gaz de la bouteille, un volume suffisant de liquide s’évapore pour le remplacer, de façon à garder la pression constante dans la bouteille. Par exemple, l’ammoniac anhydre, le chlore, le propane, l’oxyde de diazote et le dioxyde de carbone.

Gaz dissous :
L’acétylène est le seul gaz dissous couramment utilisé. L’acétylène est chimiquement très instable et, à la pression atmosphérique, l’acétylène peut exploser. Cependant, l’acétylène est régulièrement entreposé et utilisé dans des bouteilles de façon sécuritaire, étant donné qu’elles sont remplies d’un agent de remplissage inerte et poreux. L’agent de remplissage est saturé avec de l’acétone ou d’autres solvants. Lorsque l’acétylène est ajouté dans une bouteille, le gaz se dissout dans l’acétone pour créer une solution stable.

Quelles classes de danger utilisent ce pictogramme?

Il y a de nombreux autres dangers potentiels associés aux gaz sous pression.

  • Danger pour la santé - De nombreux gaz sous pression possèdent d’autres propriétés : toxique, inflammable, corrosif ou réactif. Si ces propriétés répondent aux critères d’autres classes, le pictogramme de danger de ces classes sera aussi utilisé (p. ex. gaz inflammables).
  • Rejet incontrôlé - Tous les gaz comprimés sont dangereux en raison de la pression élevée à l’intérieur de la bouteille. Un rejet de gaz peut être délibéré si quelqu’un ouvre le robinet de la bouteille ou accidentel en cas de rupture ou de fuite d’un robinet. Même à une faible pression, le gaz peut s’échapper rapidement d’une bouteille ouverte ou d’une bouteille qui fuit. Une bouteille endommagée peut être projetée comme une fusée ou tournoyer de façon incontrôlée, causant ainsi des blessures et des dommages importants. Ce type d’accident se produit souvent lorsqu’une bouteille sans capuchon ou non assujettie est renversée et que le robinet se brise.
  • >Asphyxie (suffocation) - Des gaz inertes, comme l’argon, l’hélium, le néon et l’azote, ne sont pas toxiques, ne brûlent pas et n’explosent pas, mais ils peuvent causer des blessures ou la mort par asphyxie s’ils chassent l’oxygène d’un espace. À titre d’exemple, un litre d’azote liquide donne 700 L d’azote gazeux à la température ambiante.
  • Engelures - Les gaz s’échappant d’une bouteille peuvent être extrêmement froids et causer des engelures. Des engelures graves peuvent causer à la peau et aux yeux non protégés de graves lésions permanentes. Certains gaz peuvent être étiquetés cryogéniques, ce qui signifie que le gaz qui s’échappe est capable de causer des engelures.

Renseignements clés sur la manutention des gaz sous pression

  • Il faut comprendre en quoi consistent tous les dangers associés au produit et comment l’utiliser de façon sécuritaire. Consulter la fiche de données de sécurité (FDS) pour obtenir des renseignements sur les dangers et les précautions à prendre pour le gaz utilisé.
  • Empêcher la libération de gaz dans les lieux de travail. Utiliser les gaz comprimés dans des endroits bien ventilés seulement. Fermer tous les robinets lorsque les bouteilles ne sont pas utilisées.
  • Utiliser la taille de bouteille la plus petite et la plus pratique pour une opération donnée.
  • Se tenir à l’écart des flammes et des sources de chaleur. Interdire de fumer.
  • Inspecter tous les bouteilles et robinets pour relever les dommages et consulter les étiquettes. S’assurer que les bouteilles ne dégagent pas d’odeur et qu’elles n’émettent aucun sifflement. Ne jamais ouvrir un robinet endommagé.
  • Fixer les bouteilles sur un mur ou un support en position debout. Laisser le bouchon de la bouteille de cylindre en place jusqu’à ce que le cylindre soit fixé et prêt pour l’emploi.
  • Utiliser le détendeur approprié. S’assurer que l’équipement utilisé convient à la pression et au contenu de la bouteille. Ne pas utiliser d’adaptateur et ne pas forcer la connexion entre le robinet de la bouteille et l’équipement de manutention des gaz. Ne jamais trafiquer les dispositifs de sécurité des bouteilles, des robinets et de l’équipement.
  • Ne pas appliquer de lubrifiant, de pâte à joints ni de ruban sur les robinets, les raccords et les détendeurs des bouteilles. Garder toutes les bouteilles ou tous les raccords libres de toute saleté, rouille, huile ou graisse.
  • Ne pas échapper ou cogner les bouteilles les unes contre les autres. Déplacer les bouteilles à l’aide d’un chariot à main conçu à cet effet.
  • Le personnel d’entretien doit connaître les dangers potentiels et toutes procédures et précautions spéciales à prendre avant de commencer leur travail.
  • Comprendre et mettre en pratique les consignes d’urgence afin de savoir comment procéder, le cas échéant.
    • S’assurer que les extincteurs appropriés sont accessibles. Connaître au moins deux chemins de sortie en cas d’incendie.
    • S’assurer que le bassin oculaire et la douche d’urgence sont facilement accessibles dans l’aire de travail immédiate. Ces dispositifs doivent être vérifiés régulièrement.
  • Éviter tout contact direct de la peau avec des liquides extrêmement froids ou des gaz comprimés s’échappant de la bouteille. Ne jamais porter de montre, de bagues ou de bracelets : en cas d’éclaboussure, ceux-ci pourraient coller à la peau exposée sous l’effet du froid du gaz. En ce qui concerne le travail avec des gaz qui posent un risque en cas de contact avec la peau (p. ex. les engelures), porter des gants de protection, un tablier ou d’autres vêtements selon les risques.
  • Toujours porter des lunettes de sécurité pour travailler avec des gaz sous pression. Porter des lunettes à coquilles – de simples lunettes de protection pourraient ne pas suffire. Dans certains cas, un écran facial peut également être nécessaire.
  • Si un équipement de protection individuelle (EPI) est nécessaire, l’employeur doit veiller à ce que les travailleurs aient reçu une formation poussée en matière de sélection, d’ajustement, d’utilisation et d’entretien. Consulter la FDS pour obtenir de l’aide sur la sélection.

Renseignements clés sur le stockage des gaz sous pression

  • Entreposer les bouteilles de gaz comprimés dans des endroits frais, secs et bien ventilés, loin des matières incompatibles et des sources d’allumage. S’assurer que la température de rangement ne dépasse pas 52 °C (125 °F). Interdire de fumer. Conserver loin des sorties. Installer des panneaux d’avertissement.
  • Entreposer les bouteilles de gaz comprimé en position verticale, fermement retenues en place, avec les chapeaux de protection des robinets bien fixés sur les bouteilles.
  • Éviter d’entreposer ces matières en grandes quantités dans la mesure du possible. Ne pas garder les bouteilles au-delà de la période de conservation recommandée par le fournisseur.
  • Éliminer rapidement et adéquatement les bouteilles « vides » ou sans étiquette.
  • S’assurer que l’équipement approprié de lutte contre les incendies est facilement accessible.
  • Respecter la réglementation comme les codes de prévention des incendies et les règlements en santé et sécurité applicables dans les milieux de travail de votre région administrative.

Corrosion

corrosion

Quels sont les produits corrosifs?

Tout produit pouvant chimiquement endommager ou détruire l’acier ou l’aluminium est considéré comme « corrosif pour les métaux ».

Ce pictogramme est également utilisé pour indiquer deux classes de danger pour la santé pour des produits qui peuvent causer des dommages à la peau et aux yeux destructifs et irréversibles. Les deux classes de danger sont les suivantes :

  • Corrosion cutanée/irritation cutanée - corrosion cutanée (catégorie. 1, 1A, 1B et 1C)
  • Lésions oculaires graves/irritation oculaire - lésion oculaire (catégorie. 1)

Les produits corrosifs comme les acides et les bases forts peuvent attaquer (corroder) le métal ou la peau et les yeux. Parmi les exemples d’acides figurent l’acide chlorhydrique, l’acide nitrique et l’acide sulfurique. Parmi les bases communes figurent l’hydroxyde de sodium (soude caustique) et l’ammoniac. Vérifier les étiquettes et lire la FDS (section 10 : Stabilité et réactivité) pour obtenir plus de renseignements.

Quelles classes de danger utilisent ce pictogramme?

Ce pictogramme est utilisé pour la classe de danger des matières corrosives pour les métaux (groupe de danger physique) pour indiquer les produits qui peuvent causer de la corrosion ou des dommages aux contenants et aux structures de métal au contact.

Ce pictogramme est également utilisé par deux classes de danger pour la santé pour des produits qui peuvent causer des dommages destructifs et irréversibles à la peau et aux yeux.

Ce pictogramme indique que les dommages causés par une exposition à des matières corrosives sont très importants et probablement irréversibles. Les catégories de danger moindre (p. ex. dommages à la peau ou aux yeux réversibles) pour les deux classes de danger utilisent le pictogramme de danger du point d’exclamation ou aucun pictogramme, dans certains cas.

Y a-t-il d’autres dangers potentiels associés aux produits corrosifs?

  • Les contenants peuvent s’affaiblir et ne pas rester étanches ou se briser, déversant ainsi leur contenu dans le milieu de travail. Les matières corrosives peuvent également endommager l’équipement et les composantes de l’immeuble en métal, ce qui peut entraîner des blessures et l’effondrement des structures. M.
  • De nombreux produits corrosifs, tant liquides que solides, produisent de grandes quantités de chaleur lorsqu’ils sont mélangés avec de l’eau. Par exemple, un verre d’eau lancé dans un seau d’acide sulfurique concentré est instantanément converti en vapeur, laquelle dispersera le contenu entier du seau dans l’air. Si le produit corrosif exige une dilution dans l’eau, toujours ajouter le produit corrosif dans l’eau (ne PAS ajouter l’eau dans le produit corrosif), lentement, en petites quantités, en remuant fréquemment. Toujours utiliser de l’eau froide.
  • Les produits corrosifs peuvent souvent poser des risques supplémentaires, comme de réactivité, d’inflammabilité et de toxicité.
  • Les matières corrosives sont incompatibles avec un grand nombre de produits chimiques et des produits toxiques ou explosifs peuvent être créés s’ils entrent en contact les uns avec les autres. La FDS d’un produit corrosif explique quels métaux ou autres matériaux (comme le plastique ou le bois) il attaquera (voir section 10 : Stabilité et réactivité). Faire attention d’utiliser les contenants appropriés.

Renseignements clés sur la manutention des matières corrosives

  • Comprendre tous les dangers associés au produit et la manière de l’utiliser de façon sécuritaire. Consulter la FDS pour obtenir les renseignements sur les dangers et les précautions à prendre pour la matière corrosive que vous utilisez.
  • Examiner les contenants des matières corrosives pour déterminer s’il y a des dommages ou des fuites avant de les manipuler.
  • Ne pas ajouter d’eau au produit corrosif -- cet ajout pourrait entraîner une réaction violente. S’il est absolument nécessaire de les mélanger, ajouter lentement de petites quantités de matières corrosives dans l’eau froide et remuer fréquemment.
  • Empêcher la libération de produit corrosif (poussières, brouillards, gaz ou vapeurs) dans les lieux de travail.
  • Utiliser le produit corrosif dans les endroits bien ventilés seulement. Utiliser la plus petite quantité nécessaire.
  • Prélever avec soin les matières corrosives et garder les contenants fermés lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Utiliser de l’équipement résistant à la corrosion, comme des pompes ou des pelles.
  • N’utiliser que les contenants à l’épreuve de la corrosion recommandés par le fabricant ou le fournisseur.
  • Déplacer les contenants de produit corrosif avec précaution. Déplacer les grands barils à l’aide de berceaux pour fûts. Il existe des voiturettes à bonbonne et des porte-bouteilles de sécurité pour les contenants de tailles courantes, plus petites.
  • Éviter le contact direct avec le produit corrosif. Nettoyer sans tarder et de façon sécuritaire tout déversement ou accumulation de matières corrosives. Signaler immédiatement les fuites, les déversements ou les défaillances de l’équipement de sécurité (p. ex. le système de ventilation). En cas de déversement ou de fuite, quitter immédiatement l’aire de travail.
  • Ne pas fumer, boire, mâcher de la gomme ou manger dans des aires où ces produits sont utilisés. Se laver les mains avant de manger, de boire, de fumer ou d’aller aux toilettes. Éviter de vous toucher la peau avec des mains contaminées. Se nettoyer la peau en profondeur à la fin de chaque journée de travail. Enlever et nettoyer les vêtements contaminés avant de les porter de nouveau, ou les jeter.
  • Ne pas réutiliser les contenants vides - des résidus corrosifs dangereux pourraient se trouver toujours à l’intérieur.
  • Comprendre et mettre en pratique les consignes d’urgence afin de savoir comment procéder, le cas échéant.
    • S’assurer que le bassin oculaire et la douche d’urgence sont facilement accessibles dans l’aire de travail immédiate et connaître leur fonctionnement. Ces dispositifs doivent être vérifiés régulièrement.
    • Rincer les yeux ou la peau contaminée pendant environ 20 à 30 minutes, ou plus longtemps, en cas de contact accidentel. Appeler immédiatement les services d’urgence médicale.
    • Préparer les procédures et l’équipement de lutte contre les déversements (p. ex. matériaux absorbants pour contenir les déversements, EPI, outils anti-étincelles, etc.). Éviter d’utiliser des matières combustibles ou réactives (serviettes de papier ou sciure de bois) pour nettoyer ou absorber les déversements.
    • S’assurer que les extincteurs appropriés sont accessibles. Connaître au moins deux chemins de sortie en cas d’incendie.
  • Porter l’équipement de protection individuelle (EPI) approprié, tel que recommandé par votre employeur pour la tâche à effectuer. Cet équipement peut comprendre un appareil de protection respiratoire, des lunettes, un écran facial et des vêtements de protection contre les produits chimiques (tablier, gants, etc.) faits de matériaux résistants à la corrosion.
  • Si un équipement de protection individuelle est nécessaire, l’employeur doit veiller à ce que les travailleurs aient reçu une formation poussée en matière de sélection, d’ajustement, d’utilisation et d’entretien. Consulter la FDS pour obtenir de l’aide sur la sélection.

Renseignements clés sur le stockage de matières corrosives

  • Inspecter régulièrement les contenants et les aires d’entreposage afin de déceler tout indice de fuite ou de dommage. Stocker dans le contenant d’envoi d’origine, étiqueté.
  • Entreposer les contenants à une hauteur facilitant la manipulation, idéalement sous la hauteur des yeux. L’entreposage sur des tablettes trop élevées augmente le risque d’échapper un contenant ainsi que la gravité des blessures ou de l’exposition en cas de chute.
  • Limiter autant que possible la quantité de ces produits entreposés.
  • Il est bon d’utiliser une politique du premier arrivé, premier sorti et d’indiquer la date à laquelle le contenant a été reçu et la date à laquelle il a été ouvert pour la première fois.
  • Conserver dans les contenants recommandés par les fabricants; ce sont habituellement les mêmes contenants dans lesquels les produits ont été expédiés.
  • Entreposer à l’écart des matières incompatibles et dans un endroit frais, sec et bien ventilé, loin de la lumière directe du soleil. Entreposer les matières corrosives sur des plateaux de plastique. Tenir à l’écart des matières incompatibles. Consulter la FDS pour obtenir des renseignements plus précis. Installer des panneaux d’avertissement.
  • Utiliser les armoires de rangement appropriées pour les quantités importantes de matières corrosives. Ces armoires sont munies d’un intérieur et d’accessoires anticorrosion (p. ex. charnières de porte et supports d’étagères). Les armoires de rangement inflammables ne sont PAS anticorrosion.
  • S’assurer que l’équipement approprié de lutte contre les incendies et de nettoyage de déversements est facilement accessible.
  • Les contenants vides peuvent contenir des résidus dangereux. Entreposer séparément. Garder fermés.
  • Respecter la réglementation comme les codes de prévention des incendies et les règlements en santé et sécurité qui s’appliquent aux milieux de travail dans votre sphère de compétence.
 

Tête de mort sur deux tibias


Pictogramme Tête de mort sur deux tibias

Qu’est-ce que la toxicité aiguë?

Ces produits sont mortels, toxiques ou nocifs en cas d’inhalation, d’ingestion ou à la suite d’un contact cutané.

La toxicité aiguë correspond aux effets indésirables qui se manifestent après l’exposition cutanée ou orale à une dose unique, ou de plusieurs doses réparties sur un intervalle de temps de 24 heures, ou suite à une exposition par inhalation de 4 heures.

La toxicité aiguë pourrait être le résultat d’une exposition au produit lui-même, ou à un produit qui, au contact de l’eau, libère un gaz capable de causer une toxicité aiguë.

La toxicité d’un produit chimique ne change pas, mais le risque d’exposition dû à son utilisation peut être maîtrisé et réduit le plus possible grâce à des pratiques de manutention et de stockage appropriées.

Par exemple : Un produit chimique hautement toxique peut représenter un faible danger pour la santé s’il est utilisé avec soin et en prenant les précautions appropriées. Autrement, il est possible qu’un produit chimique de faible toxicité présente un danger pour la santé élevé s’il est utilisé de façon inappropriée. Ces différences font en sorte que la manutention appropriée et les mesures de maîtrise sont très importantes.

Quelles classes de danger utilisent ce pictogramme?

La seule classe qui utilise ce pictogramme est la toxicité aiguë.

De nombreuses catégories sont comprises dans la classe de toxicité aiguë. Il y a des catégories utilisées pour décrire les différentes façons par lesquelles les produits peuvent pénétrer dans le corps (p. ex. par voie orale [ingestion/consommation], cutanée (peau) ou inhalation (respiration)).

Y a-t-il d’autres dangers associés à la toxicité aiguë?

  • Autres dangers pour la santé - il n’est pas inhabituel que d’autres dangers pour la santé que la toxicité aiguë soient associés à des produits toxiques.
  • Un produit toxique peut également posséder d’autres propriétés, comme la corrosivité, l’inflammabilité ou la réactivité. Toujours lire l’étiquette et la FDS pour être sûr de bien comprendre ce qui se trouve dans un produit et comment s’en servir de manière sécuritaire.

Renseignements clés sur les dangers de toxicité aiguë

  • Vérifier l’étiquette et la FDS afin d’obtenir les renseignements sur TOUS les dangers et les voies d’exposition potentielles et connaître les précautions nécessaires à prendre pour le produit que vous utilisez.
  • S’il est impossible d’éliminer le produit toxique, évaluer s’il est faisable de le remplacer par un produit moins dangereux (p. ex. des produits qui appartiennent à une catégorie de toxicité aiguë moins toxique (3 ou 4, plutôt que 1 ou 2).
  • Éviter de produire ou de libérer le produit toxique dans l’air (vapeurs, brouillards, aérosols, poussières). Garder les contenants bien fermés lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
  • Réduire la quantité utilisée – ne pas stocker en trop grande quantité.
  • Utiliser la plus petite quantité possible.
  • Utiliser dans les endroits bien ventilés seulement.
  • Assurer un bon entretien ménager (surfaces propres, dépoussiérage, etc.).
  • Éviter de nettoyer à sec des matières solides. Utiliser plutôt une technique de mouillage préventif ou un aspirateur muni de filtres à haute efficacité.
  • Examiner les contenants des matières toxiques pour déterminer s’il y a des dommages ou des fuites avant de les manipuler. Ouvrir les contenants lentement et avec soin afin de prévenir tout déversement et dispersion dans l’air.
  • Ne jamais manger, boire, fumer ou mâcher de la gomme dans les aires de travail où des produits toxiques sont utilisés.
  • Se laver les mains régulièrement au courant de la journée, y compris avant les pauses pour se rendre aux toilettes, avant les pauses café ou du déjeuner ou tout autre moment où un employé quitte l’aire de travail.
  • Signaler immédiatement tous les déversements, les fuites ou les problèmes liés aux mesures de maîtrise.
  • Le personnel d’entretien doit connaître les dangers potentiels liés aux produits auxquels il pourrait être exposé.
  • Comprendre et mettre en pratique les consignes d’urgence afin de savoir comment procéder, le cas échéant.
    • S’assurer que le bassin oculaire et la douche d’urgence sont facilement accessibles dans l’aire de travail immédiate. Ces dispositifs doivent être vérifiés régulièrement.
    • Préparer les procédures et l’équipement de lutte contre les déversements (p. ex. matériaux absorbants pour contenir les déversements, EPI, etc.).
    • Connaître les symptômes types associés à une surexposition et les premiers soins appropriés. Signaler immédiatement tout indice de malaise à son superviseur.
    • S’assurer que les ressources d’intervention médicale appropriées sont disponibles (p. ex. antidotes, une copie de la FDS pour le médecin urgentologue ou les pompiers, etc.)
  • Si un équipement de protection individuelle (EPI) est nécessaire, l’employeur doit veiller à ce que les travailleurs aient reçu une formation poussée en matière de sélection, d’ajustement, d’utilisation et d’entretien. Consulter la FDS pour obtenir de l’aide sur la sélection. De l’équipement de protection respiratoire peut être requis dans certaines situations.

Renseignements clés sur le stockage des matières à toxicité aiguë

  • Entreposer dans un endroit frais, sec et bien ventilé, loin de la lumière directe du soleil. Installer des panneaux d’avertissement.
  • Rester informé de toute autre condition de stockage spéciale.
  • Éviter d’entreposer ces matières en grandes quantités dans la mesure du possible.
  • Inspecter régulièrement les contenants et les aires d’entreposage afin de déceler tout indice de fuite ou de dommage. Contenir les déversements ou les fuites en entreposant sur des plateaux fabriqués de matériaux compatibles.
  • Garder les contenants fermés et scellés avec des couvercles étanches.
  • Les contenants vides peuvent contenir des résidus dangereux. Entreposer séparément. Garder fermés.
  • Entreposer les contenants à une hauteur facilitant la manipulation, idéalement sous la hauteur des yeux. L’entreposage sur des tablettes trop élevées augmente le risque d’échapper un contenant ainsi que la gravité des blessures ou de l’exposition en cas de chute.
  • S’assurer que l’équipement approprié de lutte contre les incendies et de nettoyage de déversements est facilement accessible.
  • Respecter la réglementation comme les codes de prévention des incendies et les règlements en santé et sécurité qui s’appliquent aux milieux de travail dans votre sphère de compétence.

Danger pour la santé

Danger pour la santé

Quels types de dangers pour la santé sont couverts par ce pictogramme?

Ce pictogramme est utilisé pour les produits qui peuvent avoir des effets chroniques sur la santé et les produits qui visent certains effets sur la santé.

Les effets chroniques sur la santé se manifestent après une exposition à un produit sur une certaine période, souvent mesurée en jours, en mois ou en années. Les effets sur la santé à long terme comme la cancérogénicité (qui cause le cancer) ou la sensibilisation respiratoire sont compris dans ce pictogramme. De plus, ce pictogramme est utilisé pour des produits qui peuvent causer des effets sur la santé de certains organes ciblés (les reins, le système nerveux ou le foie) qui se développent après une exposition unique ou des expositions répétées.

La toxicité chronique est différente de la toxicité aiguë. La toxicité aiguë renvoie aux effets immédiats sur la santé résultant de l’exposition à un produit toxique. Les effets toxiques chroniques ont tendance à se développer au fil du temps, souvent par suite d’une exposition à long terme à un produit particulier. Par exemple, il est peu probable que le fait de fumer une seule cigarette ait un effet toxique à long terme, mais fumer de nombreuses cigarettes au fil du temps peut être associé à de nombreux effets nocifs sur la santé. La toxicité chronique peut également renvoyer à un effet nocif sur la santé persistant s’étant manifesté par suite d’une exposition à court terme à un produit toxique. Dans le cas de certains dangers de toxicité chronique, il n’y a pas de quantité de produit sécuritaire à laquelle une personne peut être exposée sans problème.

Quelles classes de danger utilisent ce pictogramme?

Ce pictogramme est utilisé pour un certain nombre de classes de danger du groupe de danger pour la santé. La présence de ce pictogramme sur un produit indique qu’une exposition régulière peut entraîner de graves problèmes de santé. Les effets sur la santé ne sont pas évidents immédiatement. Toujours lire la FDS et la comparer avec l’étiquette du produit. Comprendre comment utiliser le produit en toute sécurité. Dans le doute, poser des questions.

Les classes de danger qui utilisent ce pictogramme de danger sont les suivantes :

  • Sensibilisation respiratoire ou cutanée - Sensibilisant respiratoire - Un sensibilisant respiratoire est un produit qui peut d’abord causer des symptômes semblables à ceux d’un rhume ou d’allergies, comme le rhume des foins. Après une exposition prolongée, les symptômes évoluent et peuvent ressembler à de l’asthme, avec des symptômes comme un serrement de poitrine, de l’essoufflement, des difficultés respiratoires et/ou de la toux. Sans une intervention médicale appropriée, une attaque grave peut entraîner la mort.
  • Mutagénicité pour les cellules germinales - Cette classe de danger comprend les produits susceptibles de causer des changements permanents (mutations) dans les cellules pouvant être transmis aux générations futures. Cancérogénicité - Cette classe de danger comprend les produits qui peuvent provoquer le cancer.
  • Toxicité reproductive - Cette classe de danger porte sur les produits ayant des effets néfastes sur la fonction sexuelle et la fertilité des hommes et des femmes adultes. Elle porte également sur la toxicité développementale du foetus en développement. Une autre catégorie comprend des produits qui peuvent affecter les enfants allaités, mais ce pictogramme de danger pour la santé n’est PAS utilisé pour cette catégorie.
  • Toxicité pour certains organes cibles – exposition unique - Cette classe de danger comprend les produits pouvant avoir un effet sur des organes précis (foie, reins, sang) survenant à la suite d’une exposition unique. La catégorie 3 de cette classe de danger (exposition unique) n’utilise pas le pictogramme de danger pour la santé; elle utilise plutôt le point d’exclamation. Cette catégorie vise les produits qui causent une irritation des voies respiratoires ou des effets narcotiques (comme la somnolence et les étourdissements).
  • Toxicité pour certains organes cibles – exposition répétée - Cette classe de danger comprend les produits pouvant avoir un effet sur des organes précis (foie, reins, sang) survenant à la suite d’une exposition prolongée ou d’expositions répétées.
  • Danger par aspiration - Cette classe de danger comprend les liquides et les matières solides pouvant pénétrer dans les poumons, par ingestion ou par régurgitation. Une fois que les produits entrent dans les poumons, ils peuvent provoquer de graves blessures comme une pneumonie chimique (qui peut être mortelle). Le facteur principal qui détermine le risque d’aspiration est la viscosité ou si le liquide est fluide (comme de l’eau) ou épais (comme du miel). Les hydrocarbures à faible viscosité (p. ex. fluide comme la térébenthine et l’essence) peuvent facilement pénétrer dans les poumons.

Y a t il d’autres dangers associés aux dangers pour la santé?

Outre les dangers de toxicité chronique, ne pas oublier qu’un produit peut posséder des propriétés dangereuses additionnelles, comme la toxicité aiguë (p. ex. avoir des effets toxiques immédiats) ou posséder d’autres propriétés dangereuses comme la corrosivité ou l’inflammabilité.

TOUJOURS vérifier la FDS et l’étiquette du produit sur les contenants pour s’assurer de connaître ce qui est utilisé et la liste complète de dangers potentiels associés à un produit.

Renseignements clés sur les produits associés à des dangers pour la santé

  • Vérifier la FDS pour des renseignements sur les dangers et les précautions à prendre pour le produit utilisé.
  • S’il est impossible d’éliminer le danger de toxicité chronique, évaluer la possibilité de remplacer un produit par un autre, moins dangereux.
  • Empêcher la libération incontrôlée d’un danger de toxicité chronique (p. ex. poussières, brouillards, vapeurs) dans l’air.
  • Utiliser dans les endroits bien ventilés seulement.
  • Réduire la quantité utilisée – ne pas stocker en trop grande quantité.
  • Utiliser la plus petite quantité possible.
  • ÉVITER les contacts répétés ou à long terme avec le produit ou avec des équipements/surfaces contaminés.
  • Garder les surfaces de travail propres. Essuyer rapidement les matières déversées. Éviter toute accumulation de poussière ou de toute autre forme de résidu. Éviter la contamination de surfaces pouvant être utilisées par du personnel non protégé.
  • Examiner tous les contenants pour détecter les dommages ou les fuites avant de les manipuler. Garder les contenants bien fermés lorsqu’ils ne servent pas ou qu’ils sont vides.
  • Ne pas réutiliser les contenants vides des résidus dangereux pourraient se trouver toujours à l’intérieur.
  • Signaler immédiatement les fuites, les déversements ou les défaillances de l’équipement de sécurité (p. ex. le système de ventilation). En cas de déversement ou de fuite, quitter immédiatement l’aire de travail.
  • Ne jamais manger, boire, fumer ou mâcher de la gomme dans les aires de travail où des produits associés à des dangers de toxicité chronique sont utilisés.
  • Le personnel d’entretien doit connaître les dangers potentiels associés aux produits auxquels il pourrait être exposé.
  • Se laver les mains régulièrement tout au long de la journée, y compris avant les pauses pour se rendre aux toilettes, les pauses café ou la pause dîner, ou toute autre circonstance où un employé doit quitter l’aire de travail.
  • Comprendre et mettre en pratique les consignes d’urgence afin de savoir comment procéder, le cas échéant.
    • S’assurer que le bassin oculaire et la douche d’urgence sont facilement accessibles dans l’aire de travail immédiate. Ces dispositifs doivent être vérifiés régulièrement.
    • Préparer les procédures et l’équipement de lutte contre les déversements (p. ex. matériaux absorbants pour contenir les déversements, EPI, etc.).
    • Connaître les symptômes types associés à une surexposition et les premiers soins appropriés. Signaler immédiatement tout indice de malaise au superviseur. En cas d’exposition possible, obtenir des soins médicaux. Les symptômes peuvent être retardés.
  • Si un équipement de protection individuelle (EPI) est nécessaire, l’employeur doit veiller à ce que les travailleurs aient reçu une formation poussée en matière de sélection, d’ajustement, d’utilisation et d’entretien. Consulter la FDS pour obtenir de l’aide sur la sélection. Dans certains cas, de l’équipement de protection respiratoire peut être requis.

Renseignements clés sur le stockage des produits associés à des dangers pour la santé

  • Inspecter régulièrement les contenants et les aires d’entreposage afin de déceler tout indice de fuite ou de dommage. Stocker dans le contenant d’envoi d’origine, étiqueté.
  • Garder la quantité de produit stocké à un strict minimum.
  • Garder les produits dans un endroit frais et sec, bien aéré et loin de la lumière directe du soleil. Installer des panneaux d’avertissement. Restreindre l’accès au personnel autorisé seulement.
  • Tenir les produits à l’écart des matières incompatibles. Consulter la FDS pour obtenir des renseignements plus précis.
  • Stocker le produit sur les étagères les plus près du sol, (idéalement sous la hauteur des yeux). Ne pas stocker en hauteur dans des armoires ou sur des étagères.
  • Garder les contenants fermés. Garder dans des contenants aux couvercles étanches.
  • Les contenants vides peuvent contenir des résidus dangereux. Entreposer séparément. Garder fermés.
  • S’assurer que l’équipement approprié de lutte contre les incendies et de nettoyage de déversements est facilement accessible.
  • Respecter la réglementation comme les codes de prévention des incendies et les règlements en santé et sécurité qui s’appliquent aux milieux de travail dans votre sphère de compétence

Point d’exclamation

Point d’exclamation

À quels types d’effets sur la santé est associé ce pictogramme?

Ce pictogramme renvoie aux dangers pour la santé comme l’irritation ou la sensibilisation cutanée, et l’irritation oculaire.

Quelles classes de danger utilisent ce pictogramme?

Les conséquences liées à la santé auxquelles se rapporte ce pictogramme pourraient ne pas être évidentes immédiatement pour le travailleur, mais les effets sont généralement réversibles et d’une durée relativement courte avec l’assistance médicale appropriée (et toute exposition supplémentaire évitée). Toujours lire la FDS et la comparer avec l’étiquette du produit. Comprendre comment utiliser le produit en toute sécurité. En cas d’incertitude, poser des questions.

Les classes de danger qui utilisent ce pictogramme de danger sont les suivantes :

  • Sensibilisation respiratoire ou cutanée – Sensibilisant cutané (catégorie 1, 1A et 1B) - La sensibilisation cutanée est une réaction allergique de la peau qui se présente avec des symptômes comme les démangeaisons, l’enflure, les ampoules et la rougeur. Souvent, une personne ne présente aucun symptôme après une première exposition, mais, la peau réagit avec des expositions subséquentes. Les produits comme le latex (des gants, par exemple) et le nickel sont des sensibilisants cutanés communs.
  • Toxicité pour certains organes cibles – Exposition unique (catégorie 3) - Cette catégorie comprend les produits pouvant provoquer une irritation des voies respiratoires (comme la toux, une irritation de la gorge).
  • Corrosion cutanée/irritation cutanée – Irritation cutanée (catégorie 2) - Cette catégorie comprend les produits qui causent des dommages réversibles comme les rougeurs ou l’inflammation après une exposition.
  • Lésions oculaires graves/irritation oculaire – Irritation oculaire (catégories 2 et 2A) - Cette catégorie englobe les produits irritants causant des effets réversibles dans les 21 jours suivant une exposition ou les produits très irritants pour la peau.
  • Toxicité aiguë – orale, cutanée, inhalation (catégorie 4) - Les produits appartenant à cette catégorie correspondent aux valeurs définies de DL50 ou CL50; cette catégorie est utilisée pour des produits connus pour être nocifs en cas d’ingestion, d’inhalation ou lorsqu’ils entrent en contact avec la peau.

Remarque : Ce point d’exclamation peut également être utilisé pour indiquer que les produits contribuent à la détérioration de la couche d’ozone. Rappel : La classification et l’étiquetage des produits du groupe de danger environnemental ne sont pas obligatoires au Canada. Toutefois, les fournisseurs peuvent indiquer ces dangers sur les étiquettes et les FDS s’ils le souhaitent.

Y a t il d’autres dangers associés aux produits représentés par ce pictogramme?

Outre le fait de répondre aux critères de ce pictogramme de danger, ne pas oublier qu’un produit peut posséder des propriétés dangereuses additionnelles, comme la toxicité aiguë (p. ex. avoir des effets toxiques immédiats) ou posséder d’autres propriétés dangereuses comme la corrosivité ou l’inflammabilité.

TOUJOURS vérifier la FDS et l’étiquette du produit sur les contenants pour s’assurer de connaître ce qui est utilisé et la liste complète de dangers potentiels associés à un produit.

  • Renseignements clés sur la manutention des produits représentés par le pictogramme du point d’exclamation
  • Vérifier la FDS pour des renseignements sur les dangers et les précautions à prendre pour le produit utilisé.
  • S’il est impossible d’éliminer le danger de ce produit, évaluer la possibilité de remplacer un produit par un autre, moins dangereux.
  • Empêcher une libération incontrôlée (p. ex. poussières, brouillards, vapeurs) dans l’air ou l’environnement.
  • Utiliser les produits dans une aire bien ventilée.
  • ÉVITER la contamination de surfaces pouvant être utilisées par du personnel non protégé.
  • ÉVITER les contacts répétés ou prolongés de la peau avec le produit ou de l’équipement/des surfaces contaminées.
  • Garder les surfaces de travail propres. Essuyer rapidement les matières déversées. Éviter toute accumulation de poussière ou de toute autre forme de résidu.
  • Examiner tous les contenants pour détecter les dommages ou les fuites avant de les manipuler.
  • Ne jamais manger, boire, fumer ou mâcher de la gomme dans les aires de travail.
  • Se laver les mains régulièrement tout au long de la journée, y compris avant les pauses pour se rendre aux toilettes, les pauses café ou la pause dîner, ou toute autre circonstance où un employé doit quitter l’aire de travail.
  • Comprendre et mettre en pratique les consignes d’urgence afin de savoir comment procéder, le cas échéant.
    • S’assurer que le bassin oculaire et la douche d’urgence sont facilement accessibles dans l’aire de travail immédiate.
    • Ces dispositifs doivent être vérifiés régulièrement.
    • Préparer les procédures et l’équipement de lutte contre les déversements (p. ex. matériaux absorbants pour contenir les déversements, EPI, etc.).
    • Connaître les symptômes types associés à une surexposition et les premiers soins appropriés. Signaler immédiatement tout indice de malaise au superviseur.
  • Si un équipement de protection individuelle (EPI) est nécessaire, l’employeur doit veiller à ce que les travailleurs aient reçu une formation poussée en matière de sélection, d’ajustement, d’utilisation et d’entretien. Consulter la FDS pour obtenir de l’aide sur la sélection. Dans certains cas, de l’équipement de protection respiratoire peut être requis.

Renseignements clés sur le stockage des produits représentés par le pictogramme du point d’exclamation

  • Inspecter régulièrement les contenants et les aires d’entreposage afin de déceler tout indice de fuite ou de dommage. Stocker dans le contenant d’envoi d’origine, étiqueté.
  • Garder dans un endroit frais et sec, bien aéré et loin de la lumière directe du soleil. Garder les contenants fermés.
  • De façon générale, stocker loin des aires de traitement et de production, et loin des matières incompatibles. Consulter la FDS pour des renseignements plus précis concernant les matières incompatibles et les conditions à éviter.

Danger pour l’environnement

Pictogramme Danger pour l’environnement

Quels sont les dangers pour l’environnement?

Ce pictogramme de danger est utilisé pour des produits pouvant avoir un effet nocif sur le milieu aquatique.

Rappel : La classification et l’étiquetage des produits de ce groupe de danger ne sont pas obligatoires au Canada. Toutefois, les fournisseurs peuvent indiquer ces dangers sur les étiquettes et les FDS s’ils le souhaitent.

Si le produit est représenté seulement par ce pictogramme, la principale préoccupation est alors la toxicité pour le milieu aquatique. Si, au contraire, d’autres pictogrammes y sont associés, alors il est également dangereux pour les humains en milieu de travail (p. ex. danger physique ou pour la santé).

Les dangers pour le milieu aquatique peuvent comprendre “des dangers aigus pour le milieu aquatique”, lesquels désignent les répercussions toxiques à court terme sur les diverses formes de vie aquatique (comme les poissons, les crustacés, les algues et les plantes aquatiques). Cela comprend également des « dangers à long terme pour le milieu aquatique », ce qui désigne les répercussions négatives à long terme (chroniques) sur les formes de vie aquatique comme la bioaccumulation (accumulation de matière dans un organisme) et la dégradation (persistance, ou combien de temps un produit restera dans l’environnement). Parmi les exemples de répercussions à long terme pour le milieu aquatique, on compte une baisse de la reproduction, des problèmes génétiques chez la progéniture et des changements comportementaux.

Quelles classes de danger utilisent ce pictogramme?

Ce pictogramme représente les effets aigus (à court terme) et les effets chroniques sur le milieu aquatique.

Renseignements clés sur le stockage et la manutention des dangers pour l’environnement

  • Vérifier la FDS pour des renseignements sur les dangers et les précautions à prendre.
  • Préparer les procédures et l’équipement de lutte contre les déversements (p. ex. matériaux absorbants pour contenir les déversements, EPI, etc.). Contenir les déversements rapidement en endiguant à l’aide de boudins à déversement ou des matériaux absorbants convenables (litière à chats, vermiculite, etc.). Ne pas laisser le site du déversement sans surveillance.
  • Éliminer le produit comme un déchet dangereux de façon appropriée – et non pas en le déversant dans les drains.
  • Empêcher que le produit ne contamine les eaux souterraines, les eaux de surface et le système d’égouts. Protéger les iphons de sol, et couvrir les ouvertures des égouts, s’il est possible et approprié de le faire.
  • Stocker le produit dans un endroit sécuritaire, sec et bien ventilé. L’aire de stockage doit être munie de seuils et permettre de prévenir les fuites vers les égouts.
  • Inspecter et faire l’entretien régulier de l’équipement utilisé pour manipuler la matière.
  • Utiliser le confinement secondaire pour les contenants comme les plateaux d’égouttage de façon à contenir les fuites et les déversements. Vider les plateaux régulièrement pour éviter les débordements. Surveiller l’utilisation du produit. Une utilisation accrue inattendue pourrait indiquer une fuite.
  • Isoler les aires de chargement et de déchargement à l’écart des systèmes de drainage des eaux de surface. Si c’est impossible, protéger les drains à l’aide de revêtements, de sacs de sable, etc.
  • Rester au fait des lois applicables dans votre sphère de compétence en ce qui concerne les matières dangereuses pour l’environnement (p. ex. permis). Signaler les fuites, les déversements aux personnes responsables des interventions d’urgence dans ce milieu de travail.

Matières infectieuses présentant un danger biologique

Matières infectieuses présentant un danger biologique

Qu’entend on par « Matières infectieuses présentant un danger biologique »?

Ces matières sont des organismes (ou des toxines produites par ceux ci) pouvant causer des maladies chez les humains ou les animaux. Les bactéries, les virus, les champignons et les parasites font partie de cette classe. Comme ces organismes peuvent survivre dans les liquides organiques et les tissus humains, ils doivent être considérés toxiques. L’urine et les matières fécales doivent être traitées comme des matières toxiques seulement si elles sont visiblement contaminées par le sang.

Quelles classes de danger utilisent ce pictogramme?

Seules les matières infectieuses présentant un danger biologique sont représentées par ce pictogramme.

Où trouve-t-on des matières infectieuses présentant un danger biologique?

Habituellement, on trouve des matières infectieuses dans les hôpitaux, les établissements de soins de santé, les laboratoires, les cliniques vétérinaires et les établissements de recherche. Les travailleurs dans ces lieux ne savent habituellement pas quels tissus ou liquides contiennent des organismes dangereux. Pour cette raison, les travailleurs doivent présumer que tous les échantillons sont dangereux et qu’une protection adéquate est requise en tout temps. Parmi les exemples de matières infectieuses présentant un danger biologique figurent le virus du sida/VIH, l’hépatite B et les salmonelles.

Les matières appartenant à cette classe doivent être utilisées ou manipulées par des personnes qui connaissent les dangers, qui savent comment les maîtriser et qui ont reçu une formation poussée sur le sujet. Ce niveau de formation dépasse la portée du présent cours.

Produits de consommation


Les produits de consommation sont des produits chimiques vendus aux Canadiens en vue d'un usage domestique général. Ces produits posent certains risques (matières toxiques, corrosives ou inflammables). Les produits de consommation n’utilisent pas les symboles du SIMDUT.

Les symboles des produits de consommation se présentent sous deux formes; une forme est associée aux dangers du contenant, l’autre, aux dangers du contenu.

octagon

Un octogone (forme du panneau arrêt) signifie que les matières conservées dans le contenant sont dangereuses.

 

upside-down triangle
Le triangle inversé signifie que le contenant lui-même est dangereux.

Symbole Danger Exemples de produits
      Explosif
explosive
Ce contenant peut exploser s'il est chauffé ou percé. Les pièces de métal et les boîtes de plastique projetées peuvent causer de graves blessures, particulièrement aux yeux. Produit hydrofuge pour les chaussures et les bottes, présenté dans un générateur d'aérosol
Peinture au pistolet présentée dans un générateur d'aérosol
       Corrosif
corrosive

Le contact avec ce produit peut causer des brûlures aux yeux et à la peau, et son ingestion peut causer des brulures à la gorge et à l'estomac. Produit de nettoyage pour cuvette de toilette
Produit de nettoyage pour cuisinière
      Inflammable
flammable

Ce produit et ses vapeurs peuvent facilement prendre feu s'ils se trouvent à proximité d'une source de chaleur, de flammes ou d'étincelles. Adhésifs de contact
Solvants
           Toxique
toxic

Lécher, manger, boire ou parfois sentir le produit peut être une cause de maladie ou de décès. Liquide lave-glace
Cire pour meubles

Adaptation du document intitulé Soyez en sécurité - Les produits chimiques à usage domestique : guide à l'intention des enseignants de la maternelle à la quatrième année. Sécurité des produits de consommation, Santé Canada. Accessible en ligne à l'adresse : http://www.hc-sc.gc.ca/cpsspc/pubs/indust/stay_safe_chem-soyez_securite_chim/message-fra.php

Sous le symbole, vous trouverez un mot indicateur. Voici la signification des différents mots indicateurs :

  • ATTENTION révèle que le produit est une cause fréquente de blessures temporaires. Un décès peut suivre une exposition extrêmement importante.
  • DANGER révèle que le produit peut causer des blessures temporaires ou permanentes ainsi qu'un décès.
  • DANGER EXTRÊME révèle qu'une exposition à de très faibles quantités peut entraîner un décès ou causer des blessures temporaires ou permanentes.
  • L'étiquette apposée sur le côté ou l'envers des contenants réglementés sera toujours encadrée par un type ou l'autre de bordure. Vous trouverez, à l'intérieur de cette bordure, des consignes de sécurité, les mots PREMIERS SOINS de même que les instructions applicables en cas de blessures et une liste des substances nocives contenues dans ce produit.

Exemple

PREMIERS SOINS

Ce produit contient de l'ammoniac.

En cas d'éclaboussure sur les yeux ou la peau, rincer avec une grande quantité d'eau.

En cas d'ingestion, boire 240 à 300 ml (8 à 10 oz) d'eau.

NE PAS FAIRE VOMIR.
APPELER IMMÉDIATEMENT UN MÉDECIN OU LE CENTRE ANTIPOISONS.

Remarque : Les produits de consommation sont en partie visés par le SIMDUT — aucune fiche signalétique n’est requise, mais l’employeur doit quand même renseigner ses employés quant au danger du produit et aux procédures de manutention sécuritaire.

 

Sujets connexes