Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Institutional links

Suivez le CCHST sur:
Facebook  Twitter  PinInterest LinkedIn
Youtube  Google Plus  RSS


Chez l'humain, la psittacose est une maladie infectieuse dont les symptômes pseudogrippaux (semblables à ceux de la grippe) sont bénins et aspécifiques. Le terme psittacose désigne toute infection ou maladie causée par Chlamydia psittaci, un des microorganismes du genre Chlamydia. Cette maladie peut être transmise aux humains par des oiseaux infectés. La psittacose est aussi appelée maladie des perroquets, ornithose ou chlamydiose.

Quels sont les signes d'infection chez les oiseaux?

Les oiseaux sauvages et domestiques, y compris la volaille, peuvent être infectés par Chlamydia psittaci. Parmi les oiseaux qui peuvent contracter l'infection, on compte les perroquets, les canaris, les pigeons, les poulets, les canards et les dindons. Chez les oiseaux en cage, le temps qui s'écoule entre l'exposition à Chlamydia psittaci et l'apparition de la maladie est variable, allant de trois jours à quelques semaines. Les oiseaux infectés présentent les symptômes suivants:

  • somnolence
  • tremblements
  • perte de poids
  • gêne respiratoire
  • diarrhée

Chez les oiseaux, l'infection peut être latente. Ainsi, un oiseau infecté peut sembler en bonne santé et ne présenter aucun symptôme pendant un certain temps. Les oiseaux infectés par Chlamydia psittaci peuvent excréter cette bactérie de façon intermittente ou parfois continue pendant des semaines voire des mois. Chez les oiseaux dont l'infection est latente, le stress associé aux carences nutritionnelles, à l'entassement, à la mise à la reproduction, à la ponte et aux longs transports peut entraîner l'excrétion de l'agent infectieux. La bactérie est excrétée dans la fiente ou dans les sécrétions nasales des oiseaux infectés, et ces derniers peuvent transmettre la maladie pendant plusieurs mois.


Comment l'infection se transmet-elle des oiseaux aux humains?

L'urine, les sécrétions nasales et la fiente desséchée des oiseaux infectés par Chlamydia psittaci peuvent être dispersés dans l'air sous forme de fines gouttelettes ou particules de poussière (aérosols). Les humains peuvent donc être infectés par inhalation d'air contaminé. Parmi les autres sources d'exposition, citons la manipulation de plumes et de tissus d'oiseaux infectés, les contacts bouche à bec ou la morsure d'un oiseau infecté.


L'infection se transmet-elle de personne à personne?

La maladie est rarement transmise de personne à personne. Cela peut se produire quand une personne est exposée à des gouttelettes aérosolisées provenant d'un sujet infecté dont la maladie est au stade aigu et qui présente une toux paroxystique (soudaine et très forte).


Quels sont les signes d'infection chez les humains?

L'inhalation de la bactérie Chlamydia psittaci suscite une réaction de défense de la part des poumons. Les bactéries qui ne sont pas neutralisées à ce stade provoquent une infection dont la sévérité varie, allant d'une maladie pseudogrippale bénigne à une pneumonie aiguë. En général, les symptômes apparaissent de quatre à 15 jours après l'exposition mais ordinairement après 10 jours. En voici queleques symptômes :

  • la fièvre
  • les frissons
  • une toux
  • la faiblesse ou de la fatigue
  • les douleurs musculaires et thoraciques,
  • une perte d'appétit
  • la nausée
  • les vomissements
  • la diarrhée
  • les maux de tête
  • les sueurs
  • une intolérance anormale à la lumière

La psittacose est d'abord une maladie pulmonaire, mais d'autres organes peuvent aussi être atteints. On a parfois signalé des inflammations du foie, du cerveau et de la paroi interne ou du muscle du coeur.

L'évolution de la psittacose est variable. Il arrive, dans de rares cas, que la maladie entraîne la mort. Dans les cas bénins, la fièvre persiste parfois pendant trois semaines ou plus.


Est-ce une affection très courante?

Les cas de psittacose peuvent être sous-déclarés puisque la gravité des symptômes peut varier et ces derniers sont similaires à ceux d'autres maladies. Aux États-Unis, entre 2000 et 2006, on a signalé chez l'humain 125 cas de psittacose au Center for Disease Control and Prevention (CDC). Au Canada, le taux d'incidence de psittacose est inférieur à un cas par 100 000 personnes (Alberta, Manitoba). Il n'existe aucune preuve documentée d'une incidence plus élevée de psittacose chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.


Comment reconnaît-on et traite-t-on la psittacose?

Pour bien diagnostiquer la psittacose, le médecin doit savoir que le sujet a été exposé à des oiseaux infectés par Chlamydia psittaci. On peut identifier la bactérie et reconnaître les signes d'infection au moyen de tests en laboratoire. Les sujets atteints doivent recevoir un traitement médicamenteux spécifique. La maladie répond bien aux tétracyclines mais est résistante à la pénicilline.


Quels sont les métiers à risque?

La psittacose représente un risque professionnel pour de nombreuses personnes qui sont en contact avec des oiseaux, notamment :

  • les amateurs d'oiseaux
  • les éleveurs de pigeons
  • les travailleurs du secteur de l'élevage de la volaille
  • les travailleurs d'usines de la transformation de la volaille
  • les employés d'animaleries
  • les employés des services de quarantaine
  • les employés des cliniques vétérinaires
  • les employés des laboratoires de diagnostic
  • les colombiculteurs
  • les inspecteurs sanitaires
  • les éleveurs d'oiseaux domestiques et exotiques
  • les marchands d'oiseaux

Comment prévient-on la psittacose?

On peut prévenir la psittacose en alimentant convenablement les oiseaux, en évitant de les entasser et en utilisant un système de ventilation adéquat, y compris l'utilisation de filtres à haute efficacité pour les particules de l'air (HEPA) afin de réduire la propagation de l'air contaminé. Il importe de nettoyer les cages quotidiennement et de ne pas les empiler les unes sur les autres. Il faut placer les cages de manière à éviter le transfert de la fiente, de la nourriture, des plumes et d'autres matières d'une cage à l'autre. Il est également important que les cages soient propres.

Pour prévenir l'infection chez les oiseaux de compagnie et la volaille domestique, il faut ajouter un antibiotique (la chlorotétracycline, par exemple) à leur nourriture. Cependant, les propriétaires d'oiseaux ou les personnes responsables du soin d'oiseaux doivent consulter un vétérinaire si des traitements ou des tests s'avèrent nécessaires. Dans la plupart des provinces et des territoires, tous les cas diagnostiqués doivent être signalés aux autorités locales de santé publique. Un diagnostic précoce et le signalement des cas peuvent contribuer à identifier les sources de l'infection et à maîtriser toute propagation de psittacose.

Les travailleurs devraient être informés du danger associé à l'addition systématique d'antibiotiques à la nourriture des animaux. Une telle pratique pourrait produire une bactérie résistante aux antibiotiques qui risquerait d'infecter les travailleurs exposés aux animaux ou à leur nourriture. Ce type de résistance rend le traitement des maladies courantes plus difficile.

Il faut isoler les oiseaux infectés et les garder dans des endroits bien ventilés. Toutes les personnes qui donnent des soins à des oiseaux infectés doivent porter des vêtements de protection, notamment des gants, un dispositif de protection des yeux, un bonnet de chirurgien jetable et un appareil de protection respiratoire N95 ou plus, lequel doit être bien ajusté. Les masques chirurgicaux peuvent ne pas prévenir efficacement la transmission de Chlamydia psittaci. Éviter de nettoyer les cages à sec, au balai, à la brosse ou à l'aspirateur. Les excréments doivent être enlevés des cages régulièrement, après avoir été humectés avec du désinfectant. Brûler ou doubler les sacs à déchets pour les disposer. Chlamydia psittaci est sensible à divers désinfectants, dont les composés d'ammonium quaternaire, l'alcool isopropylique, l'éthanol à 70 %, le glutaraldéhyde, le formaldéhyde et l'eau de Javel (diluée, 1 % d'hypochlorite de sodium). Disposer des items qui ne peuvent pas être nettoyer convenablement. De nombreux désinfectants peuvent irriter les voies respiratoires; ils doivent donc être utilisés avec précaution et seulement dans des endroits bien aérés. Éviter de mélanger les désinfectants avec aucun autre produit.

Retourner au haut de la page

Dernière mise à jour du document le 2 février 2009

Droit d'auteur ©1997-2014 Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail