Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune



Qu'est-ce que les microorganismes résistants aux médicaments?

Les microorganismes résistants aux médicaments, ou pharmacorésistants, sont des bactéries ou d'autres organismes qui ont acquis une résistance à certains médicaments. En d'autres mots, un médicament particulier n'est plus capable de tuer ou de limiter la multiplication d'une bactérie ou d'un organisme spécifique. On emploie également d'autres expressions telles l'antibiorésistance, la résistance aux antibactériens et la résistance aux antimicrobiens pour décrire cette situation.

Voici quelques exemples de microorganismes et de bacilles résistants aux médicaments :

  • Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) et à l'oxacilline
  • Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) d'origine communautaire
  • Entérocoques résistants à la vancomycine (ERV)
  • Bêta-lactamases à large spectre résistant aux céphalosporines et aux monobactams (BLSE)
  • Streptococcus pneumoniae résistant à la pénicilline (SPRP)
  • Staphylococcus aureus de sensibilité diminué aux glycopeptides (GISA)
  • Staphylococcus aureus de résistance intermédiaire à la vancomycine (SARIV)
  • Staphylococcus aureus résistant à la vancomycine (SARV)
  • Mycobacterium tuberculosis (responsable de la tuberculose à bacilles multirésistants) (MDR)
  • Streptococcus pneumoniae multirésistant (SPMR)

Est-ce que les microorganismes résistant aux médicaments constituent un nouveau problème?

Non. Les souches de Staphylococcus aureus résistant à la pénicilline ont été identifiées pour la première fois dans les années 1940. L'utilisation répandue des antibiotiques ainsi que l'évolution naturelle de la bactérie au fil du temps ont entraîné l'émergence d'un certain nombre de souches résistant aux médicaments.


Est-ce que je tomberai malade si je suis mis en contact avec un microorganisme pharmacorésistant?

Pas nécessairement. Si vous êtes malade, vous serez considéré comme étant infecté. Le terme « infection » signifie qu'un organisme ou une bactérie est présent à la surface ou à l'intérieur de votre corps et qu'elle est responsable de la maladie ou de tout autre état pathologique.

Dans certains cas, il est possible que l'organisme soit présent sans causer de maladie; un tel phénomène est appelé « colonisation ». Par exemple, on retrouve fréquemment le Staphylococcus aureus dans différents endroits du corps, dont le nez. La colonisation atteint rarement le stade de l'infection, à moins que la bactérie ne se propage à une partie du corps qui est plus vulnérable.


Quels sont les facteurs de risque d'infection ou de colonisation par les microorganismes résistant aux médicaments?

En général, les personnes en santé sont exposées à de faibles risques de colonisation ou d'infection. Des contacts ordinaires, comme serrer dans ses bras ou toucher une personne infectée par un microorganisme pharmacorésistant, sont généralement considérés inoffensifs, selon les Centers for Disease Control and Prevention en 2010. Toutefois, si vous êtes à l'hôpital, il est important de vous laver les mains avant de quitter la chambre du patient (ou lors de la visite d'une personne infectée ou colonisée afin de prévenir la propagation du microorganisme). Suivez les directives du fournisseur de soins de santé ou la politique sur les visiteurs de l'établissement.

Les risques de colonisation et d'infection augmentent toutefois en présence de diverses conditions, notamment :

  • Une maladie grave préexistante
  • Une maladie ou un état pathologique sous-jacent tel que :
    • maladie chronique du rein
    • forme insulinodépendante de maladie vasculaire
    • dermatite ou lésions cutanées
  • Exposition antérieure à des agents antimicrobiens
  • Intervention effractive comme la dialyse ou le cathétérisme
  • Visites répétées dans un établissement de santé
  • Séjour prolongé dans un hôpital
  • Colonisation antérieure par un microorganisme résistant aux médicaments
  • Médicaments immunodépresseurs
  • Groupe d'âge et état : personne âgée, femme enceinte ou jeune enfant

Comment les microorganismes résistant aux médicaments se propagent-ils?

Les microorganismes résistant aux médicaments se propagent de la même façon que les autres bactéries ou organismes. Le contact direct de la peau avec les mains et le contact, par le toucher, avec des surfaces ou des appareils contaminés par les liquides organiques d'une personne infectée constituent les voies d'exposition les plus courantes.

D'après les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), certains micro-organismes résistants aux médicaments peuvent se retrouver dans la collectivité en général. Le risque d'infection est plus grand lors de contacts directs avec une plaie infectée ou lors d'échange d'articles de soins personnels ayant été en contact avec de la peau infectée (p. ex. serviettes ou rasoirs). Le risque est également plus élevé lors de la pratique d'activités ou dans des situations où se retrouvent un grand nombre de personnes, où les contacts de peau à peau sont fréquents et où il y a échange d'équipement ou de fournitures, par exemple, lors d'événements sportifs ou au gymnase, à la garderie ou à l'école, dans des casernes, chez les militaires, et en présence de personnes ayant récemment reçu des soins médicaux à l'hôpital.


Quels sont les moyens de prévenir la propagation des microorganismes pharmacorésistants?

L'Agence de la santé publique du Canada vous recommande de consulter votre fournisseur de soins de santé pour qu'il puisse déterminer le médicament approprié pour traiter votre maladie et vous donner des directives pour éviter une surdose ou un mauvais usage de médicaments antimicrobiens. Prenez tous les médicaments qui vous ont été prescrits, même si vous vous sentez mieux. Ne prenez jamais de médicaments qui ne vous ont pas été prescrits.

  • L'hygiène des mains est l'une des mesures les plus efficaces pour lutter contre la propagation de bactéries, de micro-organismes et d'infections. Pour de plus amples renseignements à ce sujet, se reporter au document Réponses SST intitulé Lavage des mains : Réduire le risque d'infections courantes.
  • Si vous avez une coupure, une éraflure ou une plaie, veillez à ce qu'elle soit toujours propre et couverte d'un pansement jusqu'à ce que la peau ait cicatrisé. 
  • Évitez tout contact avec les plaies ou les pansements d'autres personnes.
  • N'échangez pas avec d'autres personnes vos articles de soins personnels, comme des vêtements, des uniformes, des serviettes ou des rasoirs.
  • Nettoyez les surfaces des articles utilisés en commun avant et après leur utilisation, comme dans le cadre d'activités sportives ou au gymnase.
  • Nettoyez régulièrement les surfaces des comptoirs et des poignées de porte, par exemple, au moyen d'un désinfectant ordinaire. 

Lorsque vous visitez une personne dans un établissement de santé tel un hôpital ou un centre de soins de longue durée, vous devriez procéder comme suit :

  • Lavez-vous les mains fréquemment avec de l'eau et du savon ou utilisez un désinfectant à mains à base d'alcool.
  • Portez des gants et un masque, le cas échéant.
  • Ne touchez pas aux cathéters ni aux plaies des patients.
  • Lavez-vous toujours les mains avant de quitter la chambre d'un patient.

À l'extérieur de l'établissement de soins, si vous êtes mis en contact avec une personne infectée ou colonisée (en soignant une personne infectée à la maison ou en donnant les premiers soins), les CDC recommandent de prendre les précautions suivantes :

  • Les personnes soignantes doivent se laver les mains avec du savon et de l'eau après un contact physique avec la personne infectée et avant de quitter la maison.
  • Les serviettes utilisées pour s'assécher les mains après un contact doivent être lavées avant toute réutilisation.
  • Des gants jetables doivent être portés s'il y a possibilité de contact avec les liquides organiques d'une personne infectée et les mains doivent être lavées à nouveau après le retrait des gants.
  • Les draps doivent être remplacés par des draps propres dès qu'ils sont souillés, et à intervalles réguliers.
  • L'environnement du patient doit être nettoyé régulièrement et chaque fois qu'il est souillé par des liquides organiques ou des matières fécales.
  • Les médecins et le personnel soignant doivent être avisés que le patient est colonisé ou infecté par un organisme résistant aux médicaments.

Quelles précautions doivent être prises si je travaille dans un hôpital?

Comme un travailleur de la santé s'occupera de plusieurs patients pendant son quart de travail, il importe qu'il prenne certaines précautions afin de circonscrire la propagation de l'infection. Vous devriez vérifier avec votre service de prévention des infections si des exigences spécifiques s'appliquent.

En général, ces exigences comprennent :

  • L'isolement : lorsqu'un patient se voit attribuer une chambre privée ou lorsqu'il partage une chambre avec d'autres personnes atteintes de la même infection.
  • L'imposition de restrictions relatives au déplacement et au transfert d'un patient.
  • Le port de gants et le lavage des mains : porter des gants et se laver les mains après un contact, particulièrement un contact avec les liquides organiques. Il peut être nécessaire de changer de gants et de se laver les mains entre deux interventions auprès du même patient afin de prévenir la contamination croisée de différentes parties du corps.
  • Le port de masques et de robes d'hôpital : selon le degré de contact avec les liquides organiques ou les matières fécales, le port de l'ensemble ou d'une partie de ces vêtements de protection sera exigé.
  • L'utilisation adéquate de l'équipement : assurez-vous que tout équipement utilisé est adéquatement nettoyé, désinfecté ou jeté. Les surfaces de l'équipement présent dans les chambres des patients doivent également être nettoyées et désinfectées.
  • Un équipement spécial « assigné en propre » peut être exigé : les instruments utilisés tels les stéthoscopes, les chaises percées et les thermomètres peuvent être réservés à un seul patient ou à un groupe restreint de patients.
  • La manipulation et le nettoyage adéquat des vêtements et de la literie.
  • Des mesures spéciales peuvent être prises pour la vérification et la surveillance en ce qui concerne la propagation de l'infection (p. ex. identification des porteurs de micro-organismes lorsque des patients sont hospitalisés et isolement des patients, même s’ils ne présentent aucun symptôme et qu’ils sont seulement colonisés par des bactéries).
Retourner au haut de la page

Dernière mise à jour du document le 3 décembre 2013

Droit d'auteur ©1997-2014 Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail